[A-Z Challenge] X comme Xénolalie - Xénolalie ou Glossolalie ?

[A-Z Challenge] X comme Xénolalie - Xénolalie ou Glossolalie ?

Il y a quelques temps, je consultais cet article à propos du parler en langue : LeBonCombat. Article un poil provocateur, mais qui permet de soulever des questions sur la pratique du parler en langue dans nos églises. Alors ? Xénolalie ou Glossolalie ?

Parler en langue : Xénolalie ou Glossolalie ?

Xénolalie

La xénolalie est la capacité de parler une langue étrangère sans l’avoir apprise (xéno- : signifie “nouvelle” et “-lalie” : signifie “parler”). On peut également parler de xénoglossie.

C’est, selon moi, l’expression que modère Paul dans sa première lettre aux Corinthiens chapitre 14.

Glossolalie

La glossolalie est la capacité de parler une nouvelle langue que personne ne connait, c’est une succession de syllabes (glosso- : signifie “langue” et “-lalie” signifie parler).

Certains théologiens s’accordent pour dire que c’est l’expérience qu’ont vécu certains des premiers disciples puisqu’il est dit qu’on pensait d’eux qu’ils étaient souls !

Parler en langue : xénolalie !

Je crois profondément que l’expérience du parler en langue est une xénolalie. Dieu permet par son esprit que nous nous exprimions en langues étrangères.

Ma question aujourd’hui est : Que pratiquons-nous ? Xénolalie ? Glossolalie ?

Je me souviens du témoignage de ce pasteur qui ne prononçait au début qu’une syllabe qu’il répétait sans cesse ! Se laissant persuader que cette syllabe n’avait rien à voir avec l’inspiration du Saint Esprit, il arrêta. Quelques temps plus tard, il commença à étudier l’hébreux biblique pour se rendre compte que cette syllabe qu’il prononçait était une louange à Dieu (je ne me souviens ni de la syllabe ni de la traduction, veillez m’excuser !)

3 clés pour déceler le faux parler en langue

Malheureusement, certains “chrétiens” peuvent être poussés à usurper cette manifestation de l’Esprit. Voici 3 clés pour déceler le faux parler en langue, ou glossolalie !

#1 – Manifestation de l’Esprit

Le parler en langue est la manifestation de l’Esprit de Dieu agissant en nous (“Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer.” Actes 2:4). Il ne doit pas être le résultat de l’étude d’une langue étrangère.

Je ne préconise pas non plus l’encouragement à prononcer des syllabes incohérentes pour “faire venir le Saint Esprit“. Le baptême du Saint Esprit est une promesse de Dieu pour tous les croyants qui veulent obéir à Dieu ! Les promesses de Dieu sont véritables. Quand il dit la chose arrive, quand il l’ordonne, elle existe. Le baptême du Saint Esprit est acquis pour tous croyants souhaitant obéir à Dieu.

#2 – Discerner les esprits

Le don de discernement des esprits est un outils que Dieu nous donne pour déceler le vrai du faux. Quand on parle d’esprit (πνευμάτων (pneumatōn)) on parle aussi bien du côté spirituel de que l’état d’esprit et des motivations.

C’est par le discernement des esprits que Jésus fait taire Pierre voyant ses motivations à vouloir empêcher son arrestation.

Le don de discernement doit pouvoir nous aider à discerner ce qui motive le croyant utilisant le parler en langue.

#3 – Analyser le fruit

La manifestation des dons spirituels et du parler en langue sont indissociables de la manifestation du fruit de l’Esprit. Ainsi, un croyant manifestant le parler en langue sans manifester le fruit de l’Esprit (Galates 5:22) n’est probablement pas dans les bonnes motivations pour l’exercer.

C’est le Saint Esprit qui communique le parler en langue. Si une personne ne se soumet pas à Dieu, désobéit à Christ ou à la parole de Dieu, alors son parler en langue ne peut être considéré comme inspiré par l’Esprit, mais comme un moyen de se réaliser.

Soyons vigilant quand à l’utilisation du parler en langue. L’apôtre Paul recommande de ne parler en langue dans l’église que si l’interprétation est donnée pour l’édification de chacun. Le parler en langue est pour l’édification personnelle !